Jean Louis LE PAPE (1920 – 2010)

(Lesconil – Finistère - 29740)

Stacks Image 1207

Jean Louis LE PAPE est décédé le 6 août 2010 dans sa quatre-vingt dixième année.

En juillet 1943 il reçoit l’ordre écrit de réquisition pour le STO. Il refuse de partir travailler chez l'ennemi, donc d’agir contre son pays, se cache dans une ferme. Le 1er juillet 1944 il rejoint la Résistance, réseau Vengeance. Puis il passe à Libé-Nord. Il participe aux actions dans la région de Pont-L’Abbé en juillet 44, puis en août aux combats de Lesven, de Tréguennec et d’Audierne. Enfin il est présent au long siège de Lorient d’octobre 44 au 8 mai 1945 dans le 2ème bataillon de marche du Finistère. Il s’engage alors comme parachutiste et quitte cette arme comme sous-officier après deux années bien remplies.
En 1971, dans la logique de ses activités citoyennes, il se présente à l'élection municipale et devient Maire de Plobannalec, village "terrien" dont Lesconil est le village "maritime". Il s'efforcera de rapprocher les deux villages qui formeront, plus tard, la commune de "Plobannalec-Lesconil".
Suivant à la lettre le mot d’ordre de son association l’ANACR, il en est resté adhérent et militant actif jusqu’à sa mort : Président du Comité ANACR de Plobannalec-Lesconil (depuis 1978), Vice-Président de l'ANACR du Finistère (depuis 1982). Président de l'ANACR du Pays Bigouden (depuis 2000). A ce titre il a participé activement et victorieusement à la lutte, en 2000/2001, pour que le Lycée Professionnel de Plouhinec (près d’Audierne), qui devait prendre le nom d’un skipper très connu (décédé en 1998), conserve celui de … Jean Moulin. Une belle leçon donnée à ceux qui souhaitent détruire les symboles de la Résistance.
Comme tous les Résistants, il avait décidé, pendant les années noires, de prendre entre ses mains "une parcelle du destin de la France" comme le disait André Malraux. Il a suivi cette ligne toute sa vie : combattant d’abord, militant ensuite, citoyen lucide, camarade et dirigeant infatigable, fidèle aux valeurs de la Résistance, il était avant tout à l’écoute et au service des autres.

EDGARD DE BORTOLI