Cérémonie de Quimper, mercredi 8 Août .
Mis en ligne le 11 novembre 2018
Le Télégramme Publié le 08 août 2018 à 14h30 Modifié le 08 août 2018 à 16h06
© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/commemoration-quimper-a-rendu-hommage-a-ses-liberateurs-08-08-2018-12047911.php#UxUiJj2XCTSw5TJP.99
Stacks Image 29

L’ajointe Isabelle Le Bal, le sous-préfet Alain Castanier et des représentants de l’Anacr (Jean Perru et Anne-Marie Jacq) ont déposé chacun des couronnes de fleurs pour commémorer la libération de Quimper.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/commemoration-quimper-a-rendu-hommage-a-ses-liberateurs-08-08-2018-12047911.php#UxUiJj2XCTSw5TJP.99
La préfecture, la Ville et plusieurs associations s’étaient donné rendez-vous au mont Frugy pour le 74e anniversaire de la libération de Quimper.
Drapeaux, fleurs, minute de silence, Marseillaise et Chant des partisans. Ce mercredi 8 août, au matin, l’allée de Locmaria, devant le monument au pied du Mont Frugy, était fermée à la circulation, le temps de la commémoration de la libération de Quimper intervenu à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 8 août 1944.

Sept résistants tués

Ce jour de 1944, environ 250 soldats Allemands sont entrés en ville en convoi, a rappelé, en substance, Jean Perru, président Sud Cornouaille de l’Anacr (Association nationale des anciens combattants et amis de la résistance). Trois hommes de la compagnie de Briec en patrouille ont alors été pris et tués, non sans avoir donné l’alerte, avant que le convoi tombe sur un barrage des Forces françaises de l’intérieur.
« Malgré la supériorité numérique des Allemands, ces derniers ont perdu une cinquantaine d’hommes dans les escarmouches qui ont suivi, contre quatre de plus, côté FFI. Et, dès le soir, la population est sortie en liesse dans
Quimper libérée », a rappelé l’ancien résistant, citant « Le Finistère dans la guerre », de Georges-Michel Thomas et Alain Le Grand.


« Morts à 19 ans »

Comme la première adjointe au maire de Quimper, Isabelle Le Bal, et le sous-préfet de Quimper, Alain Castanier, il a ensuite déposé des fleurs. En dehors des officiels, seules quelques personnes ont assisté à la cérémonie.
« Ce qu’on honore aujourd’hui, ce sont tous les petits copains morts à 19 ans », a confié Jean Perru, qui avait alors le même âge. Il s’est félicité de voir « cette Europe libre, aujourd’hui », tout en regrettant que les « gens oublient un peu l’histoire, alors que l’histoire passée est l’avenir de la nation ».
« Il serait inconcevable que l’État ne soit pas là », a commenté le sous-préfet, expliquant la nécessité du « devoir de mémoire ». L’adjointe au maire, Isabelle Le Bal, a évoqué ceux qui ont donné leur vie « souvent sans réflexion et sans calcul », rappelant que, le 8 août, « 
Quimper s’est libérée de sa propre énergie ». Pour elle, ses habitants doivent « garder la mémoire » au risque, sinon, de rester « ensauvagé ». Il est « important de garder la mémoire vivante » et « il faut qu’elle soit travaillée », a plaidé l’élue, évoquant les initiatives engagées par la municipalité.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/commemoration-quimper-a-rendu-hommage-a-ses-liberateurs-08-08-2018-12047911.php#UxUiJj2XCTSw5TJP.99