Stacks Image 45

Maudit 26 août 44 à Poullan sur Mer au lieu-dit LENN A VOA

Mis en ligne le 1er septembre 2019
Stacks Image 11
"Souvenez-vous du mitraillage des résistants qui revenaient des combats de LESVEN en Cap-Sizun par l'aviation alliée (américaine) ce maudit 26 août 44 à Poullan sur Mer au lieu-dit LENN A VOA."

Yves MAZO
Stacks Image 54
Tous les 26 août, au bord de la RD7, une cérémonie commémore la tragique méprise de Len-a-Voa. (Photo d’archives).

Ce lundi26 août, à 16 h 45, une cérémonie se tiendra à Len-a-Voa, entre Keraël et le bourg de Poullan. Il y a 75 ans, une tragique méprise a coûté la vie à six hommes et en a blessé quatorze. Après les combats de Lesven en Beuzec-Cap-Sizun, un camion avec à son bord des résistants revient à Douarnenez. Le véhicule est pris pour cible par deux avions de l’US Air Force.

L’après-midi du samedi 26 août 1944, après les rudes combats de Lesven, deux sections de la compagnie Kléber des Francs-tireurs et partisans (FTP) regagnent Douarnenez. Les résistants embarquent à bord de deux camions. Le premier roule à l’essence, le second au gazogène. En provenance de Beuzec et avant d’arriver au bourg de Poullan, le premier tombe en panne sèche.

Tous les combattants s’entassent sur le camion-plateau Citroën C6 pour continuer le voyage. Après avoir repris la route, le véhicule est survolé une première fois par deux chasseurs Thunderbolt américains. Les passagers du véhicule saluent les avions alliés. Le camion arrive à Len-a-Voa, la fin du trajet est proche. Mais les deux avions américains font un second passage au-dessus du véhicule.

Tout à coup, c’est la stupeur. Les chasseurs ouvrent le feu sur le camion. Cette sinistre confusion fait six victimes. Ils s’appelaient : Corentin Pérennes, André Trividic, Marcel Le Coz, Hervé Kergoat, Pierre Guénadou et Émile Le Corre. Ils avaient à peine vingt ans. Ce drame fait aussi quatorze blessés dont le lieutenant Marcel Florc’h, le commandant de la compagnie Kléber.

Les aviateurs de l’US Air Force pensaient tirer sur des Allemands. Le camion aurait dû arborer un signe de reconnaissance rectangulaire de couleur jaune ou orange. Au lieu-dit Len-a-Voa, au bord de la route départementale 7, un monument réalisé par Joseph Monfort, un ancien FTP rappelle cette tragique méprise.

Sources : Revue « Mémoire de la ville » et « À mon père, FTP du pays de Douarnenez », de Nathalie Florc’h, aux éditions L’Harmattan.