Paule. Le 29 juillet 1944, «j’étais de garde, j’ai entendu des bruits»
Stacks Image 13
Stacks Image 11
C’est un combat contre les Allemands qui a marqué l’histoire du Centre-Bretagne : le combat de la Pie, le 29 juillet 1944. Le Résistant Victor Guillossou s’en souvient encore, soixante-treize ans après. Témoignage.

Quand la guerre éclate en 1939, Victor Guillossou a 16 ans. Très vite, il comprend qu’il est nécessaire de s’engager dans la Résistance.

Il rejoint l’organisation des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) en avril 1943. « Au début, mon rôle était de faire de la propagande, de recruter et de mener des actions contre l’occupant. »

« C’était normal d’agir »

Confection de tracts demandant aux agriculteurs de ne pas livrer de productions à l’ennemi, mise en place du drapeau tricolore sur le monument aux morts le 14 juillet 1943… « C’était normal d’agir. »

Sabotage, cartes d’identité… Victor Guillossou se souvient de ces nombreuses actions. Le 29 juillet 1944, il faisait partie du « bataillon Guy-Môquet, compagnie Scottet ». Il a alors 21 ans.

Ce jour-là, l’état-major allemand décide d’anéantir le bataillon Guy-Môquet, qui constitue un obstacle pour l’acheminement de renforts en Normandie.

« Une mitrailleuse nous tirait dessus »

« J’étais au manoir de Kerloguénic (à Paule) et j’étais de garde, se souvient l’homme de 93 ans, aujourd’hui président des Anciens combattants et Résistants. Ce matin-là, j’ai entendu des bruits du côté de Bellevue… »

« Une mitrailleuse nous tirait dessus, on a répliqué et on leur a détruit du matériel, on leur a imposé des pertes. Nous, on a perdu deux hommes au combat. Je n’ai jamais oublié ni cette journée, ni tous ces événements, et je sais que notre action a permis une libération plus rapide du Centre-Bretagne. »

Ce 29 juillet 1944, il fait nuit, une belle nuit d’été. Des camions allemands, tous feux éteints, avancent prudemment sur les routes, mais dans tout le secteur, ils vont se heurte à la Résistance.

144 victimes françaises

À Saint-Émilion (Paule), ce sont des accrochages avec un maquis du Morbihan ; à Saint-Jean (Plévin), les Allemands venus de Gourin sont stoppés. Et ainsi toute la journée.

À la Pie, au croisement, les renforts allemands sont attaqués par des éléments de la compagnie Ernest-Le Borgne et par des sections du bataillon Koenig. Les camions ennemis, stationnés sur le côté droit de la route, sont mis hors d’usage.

Le combat a fait 144 victimes françaises. La BBC de Londres annoncera, finalement, en soirée, cette victoire des maquisards.

Dimanche 30 juillet, cérémonie commémorative à 11 h, en présence des derniers grands témoins de l’époque, puis
remise de la légion d’honneur à Roger Quéméner. Au monument commémoratif des combats du 29 juillet 1944 à La Pie, à Paule (Côtes-d’Armor).
Stacks Image 15