« La paix et la liberté sont la garantie du bonheur des peuples » Serment de Mauthausen, 16 Mai 1945

Jean Moulin





Stacks Image 326




Sur la scène, derrière un grillage, un homme agonise à côté d'un tirailleur sénégalais. C'est Jean Moulin. Il vient de se trancher la gorge après avoir refusé de signer un protocole exigé par les nazis accusant les Sénégalais de l'armée française d'avoir commis un carnage. Le monologue revient sur la situation à Chartres, en 1940, où Moulin est alors préfet : la débâcle, les bombardements, l'occupation allemande. On y voit son combat quotidien pour le ravitaillement, le maintien des conditions sanitaires, contre les défaitistes. Un document terrible et très concret sur cette époque qui révèle aussi la naissance d'un grand résistant, qui échappe cette fois à la mort. Valéry Forestier, un peu monocorde au début, prend peu à peu de l'épaisseur, son jeu se chargeant de toute la violence de la guerre. C'est une excellente idée d'avoir exhumé ce document inédit, écrit par Jean Moulin en 1941.

Sylviane Bernard-Gresh
Distribution :
De Jean Moulin Mise en scène de Christian Fregnet Avec Valéry Forestier et Christian Julien
Descriptif :
La nuit de sa tentative de suicide en juillet 1940, Jean Moulin était enfermé avec un tirailleur sénégalais. Qu’ont-ils pu se dire ? Le Noir et le Blanc. Le héros national et l’oublié de l’histoire...
Adresse
53, RUE NOTRE DAME DES CHAMPS 75006 PARIS

Télérama





Théatre Jean MOULIN