« La paix et la liberté sont la garantie du bonheur des peuples » Serment de Mauthausen, 16 Mai 1945

QUELQUES REPÈRES SUR LA MISE EN PLACE ET L’EVOLUTION DU SYSTEME CONCENTRATIONNAIRE NAZI



Selon Maurice VOUTEY ( Les camps nazis, éditions FNDIRP 1999), il conviendrait de distinguer trois périodes dans les onze années de l'existence du système concentrationnaire :


- la première s'étendrait de 1934 à 1939 : après les “ camps sauvages” de l’année 1933, le système s'institutionnalise et s'établit dans la durée : les camps de concentration deviennent réglementairement les lieux exclusifs d'application de la détention de protection (Schutzhaft), la détention à caractère politique, celle qui, à l'origine, avait motivé la création des camps;


- la deuxième période irait de 1939 à 1942 : le système s’internationalise par l'arrivée massive de détenus étrangers dont la rééducation n'était pas une priorité. S’amorce, en pratique, la mainmise de la S.S sur l’exploitation du travail des détenus ;


- la dernière période, de 1942 à 1945 pourrait être désignée comme celle de la Guerre Totale: les prérogatives de la Gestapo cédant, en fait, devant les nécessités militaires, les entreprises économiques de la S.S. étant obligées de composer avec les exigences de SPEER, ministre de l'Armement, décidé à mettre la totalité de la main d'oeuvre concentrationnaire au service de la grande industrie allemande. Les camps essaimaient en plus d'un millier Kommandos extérieurs et de sous-Kommandos proches des usines.


QUELQUES DATES CLES


1933
30 janvier 1933
Von PAPEN ayant convaincu HINDENBURG, HITLER, à la tête d'une coalition de droite, est nommé chancelier du Reich. Von Papen est vice-chancelier du Reich (et par ailleurs commissaire du Reich pour la Prusse). Outre Hitler, deux ministres seulement sont des nazis, FRICK, ministre de l'Intérieur, et GÔRING, ministre sans portefeuille (par ailleurs commissaire du Reich chargé du ministère de l'intérieur du Land de Prusse). La date du 30 janvier sera désormais l'objet de célébrations rituelles, dont un discours de HITLER.

27 février 1933

Incendie du Reichstag. Arrestation d'une dizaine de milliers d'adversaires du nazisme, surtout des communistes.

28 février 1933

Décret « Pour la défense du peuple et de l'État» (dit aussi Décret sur l'incendie du Reichstag) qui supprime toutes garanties constitutionnelles, crée la procédure de Schutzhaft (détention de protection, statut qui sera celui des détenus "politiques" en camps de concentration - Konzentrationslager,ou K.Z. - qui s'ouvrent à l'initiative désordonnée de la S.A. et parfois de la S.S., "les K.L. sauvages' et donne au gouvernement du Reich la possibilité d'intervenir dans les Lânder.... La Schutzhaft sous contrôle policier ou judiciaire, hors tout contrôle étatique sera alors appliquée dans quatre types de lieux de détentions : les K.L. d'État sous contrôle d'une police auxiliaire (Hilfspolizei), S.A. ou S.S.; les K.L. de Lânder sous contrôle
étatique; les K.L. de Lânder; les K.L. propres aux formations du N.S.D.A.P., S.A. ou S.S.

3 Mars 1933

FRICK, ministre de l'Intérieur du Reich, annonce (discours de Francfort-sur-le-Main) l'ouverture de camps de concentration et déclare que les communistes s'y habitueront au travail et menace les socialistes qui
seront bientôt concernés.
Ouverture, dans une usine désaffectée, du K.L. DACHAU en Bavière, sous contrôle de la S.S. et de la police politique de Bavière — donc de HIMMLER .Transformé en centre d'entraînement pour la Waffen S.S. du 27 septembre 1939 au 18 février 1940, le KL DACHAU sera à nouveau affecté à la détention à partir de février 1940. L’ouverture de ce camp pour 5.000 détenus est annoncée par la presse allemande.
Entre mars 1933 et courant 1934 plus de 60 camps de concentration principaux appliquant la procédure de Schutzhaft ("les camps sauvages") seront créés de manière anarchique dont plus de 50 sous la coupe de la S.A. et notamment ,dans l'Emsland, le CAMP DES MARAIS où des détenus vont composer le chant
Moorsoldatenlied (Chant des Marais).

24 novembre 1933

Loi organisant la lutte préventive contre la criminalité (Sicherheitsverwahrung, détention
de sécurité) qui permettra d'interner préventivement en K.L, hors décision pénale, des criminels de droit commun en puissance ou des détenus ayant déjà purgé leur peine désignés comme Berufsverbrecher (criminels professionnels) : ils porteront le "triangle vert" alors que les détenus en Schutzhaft porteront le "triangle rouge". Certains "droit commun" en cours de détention dans les prisons seront transférés en K.L. et porteront eux aussi le triangle vert. En vertu de ces dispositions et de celles définissant la Schutzhaft, tout contrôle judiciaire sur les détenus en K.L. est supprimé.

1934

29/30 juin 1934
Nuit des Longs Couteaux : L'affaire a été tramée par la Gestapo, GORING , et la S.S.
de HIMMLER, et a reçu l'appui des armées et de leurs chefs (général VON BLOMBERG, ministre de la Reichswehr, général VON FRITSCH chef de la direction de l'armée de terre - Heeresleitung - et général Ludwig BECK, chef de l'État-major général) qui craignaient la constitution d'une armée rivale (ainsi, cette nuit là, la Reichswehr distribue des armes à la S.S. et assure le transport de ses membres). RÔHM, chef de la S.A. qui compte alors 3 000 000 de membres, et nombre de dirigeants de cette organisation sont assassinés par les S.S. Quelques personnes qui ont encouru la haine personnelle des nazis sont également assassinées à l'occasion, Gregor STRASSER, le général SCHLEICHER, ancien Chancelier, le général VON BREDOW, VON KAHR. Au total, la Nuit des Longs Couteaux fera un millier de victimes.
2 août 1934
Mort du président HINDENBURG et loi transférant la fonction de Président (sans recours à élection) au Chancelier du Reich HITLER, Führer du N.S.D.A.P., la constitution de Weimar n'étant, en théorie, pas abrogée. Les généraux Blomberg, Fritsch et l'amiral Raeder prêtent serment de fidélité à HITLER Führer et Chancelier du Reich. L'expression "Président du Reich" ne sera plus utilisée.
1935
15 septembre 1935 Lois antisémites de NUREMBERG (Lois pour la protection du sang et de l'honneur allemands) qui abandonnent la notion de "non-aryen" pour celle de juif. Les juifs perdent tous leurs droits politiques et les relations sexuelles avec des personnes "aryennes" leur sont interdites.
1937

Janvier 1937
Conférence de HIMMLER ( chef depuis 1936, de l'ensemble des polices unifiées (Orpo, Gestapo et Kripo), et Reichsführer de la S.S., contrôlant donc tout le système concentrationnaire) aux cadres de la Wehrmacht sur la S.S. et la police. Il déclare qu'il y a 8 000 détenus en K.L, dont 500 droit commun. Il décrit les détenus : « Soyez convaincus que, dans les camps, personne n'est interné à tort; c'est l'écume du crime, ce sont des êtres marqués. Il n'existe pas de démonstration plus vivante de la réalité des lois de l'hérédité et des lois raciales qu'un camp de concentration. On y trouve des hydrocéphales, des gens qui louchent, des individus difformes, des demi-juifs, un nombre considérable de personnes inférieures au point de vue racial. »
30 janvier 1937
Discours de Hitler au Reichstag. Il annonce, entre autre, que les détenus en K.L. seront utilisés pour le travail forcé. Les pleins pouvoirs sont renouvelés à Hitler pour quatre ans.
Août 1937
Début de l'internement systématique en K.L. "d'éléments nuisibles" à la communauté du peuple (asociaux, homosexuels, témoins de Jéhovah).

2

1938
12 mars 1938
ANSCHLUSS : la Wehrmacht envahit Autriche. Au vieux Reich (Altreich) est annexée l'Autriche qui prend

le nom d'Ostmark (Marche de l'Est).
29 septembre 1938
Accords de Munich conclus entre le Reich (Hitler), l'Italie (Mussolini) , le Royaume-Uni (Chamberlain) et la France (Daladier) qui contraignent la Tchécoslovaquie à céder le territoire des Sudètes à l'Allemagne : constitution du Grand Reich (Grossdeutsches Reich). À la suite de l'occupation des territoires cédés et des arrestations qui y seront opérées, première arrivée massive de détenus étrangers (mis à part les Autrichiens, considérés par les nazis comme Allemands) dans les K.L.
9 novembre 1938 la NUIT de CRISTAL
Décès de VON RATH, diplomate sur lequel, à Paris, avait tiré Grynzpan, un jeune juif polonais qui entendait ainsi protester contre l'expulsion d'Allemagne de juifs polonais, et déclenchement de la Nuit de Cristal par les nazis radicaux appuyés par GOEBBELS, pogrom qui fera une centaine de morts et des dégâts matériels importants : dernière grande intervention de la S.A. dans la vie politique allemande, mais le N.S.D.A.P. n'apparaît pas au grand jour. La S.S. se tient à l'écart ainsi que la Gestapo, mais cette dernière, qui contrôle l'émigration des juifs, décide de profiter de l'occasion pour incarcérer en camp de concentration de 20.000 à 30.000 juifs riches ("opération Rath") et les contraindre à émigrer en abandonnant leurs biens dans les formes légales et en versant une "taxe à l'émigration" (première incarcération massive de juifs "simplement juifs").
1939
15 mars 1939
Entrée des troupes allemandes en Tchécoslovaquie et établissement du protectorat de Bohême- Moravie, dont von Neurath est nommé protecteur. La Slovaquie devient un État satellite du Reich gouverné par Monseigneur Jozef TISO. La Hongrie annexe la Ruthénie (Ukraine subcarpatique).
15 mai 1939
Ouverture (Prusse, province de Brandebourg) du K.L pour femmes de RAVENSBRÜCK
en réalité dès les 23 ou 24 mars 1939: quelques dizaines de prisonnières venues de Lichtenburg y auraient été détenues . Puis, fin mai 1939 arrivée plus importante de prisonnières venues de Lichtenburg, : 860 Allemandes, 7 Autrichiennes. Parmi elles se trouvent des “ politiques ». 29 juin à août 1939: Arrivée de 440 femmes tziganes, avec des enfants. Aucun des enfants n'a survécu.

23 septembre 1939: Arrivée des premières Polonaises. Fin décembre 1939: Le dernier numéro de l'année (selon Wanda Kiedrzynska) est 2 583.

Courant juillet 1939

Règlement de la S.S. prévoyant que les services de POHL verseront au Trésor du Reich 0,30 mark par jour de travail de détenu en K.L.
31 août 1939 Provocation de Gleiwitz : des détenus de camp de concentration vêtus pour l'occasion d'uniformes polonais fournis par Canaris, chef de l'Abwehr de la Wehrmacht, sont abattus sur la frontière, ce qui permet de fournir les "preuves" d'une attaque polonaise contre l'émetteur radio allemand de Gleiwitz.

Le 1er septembre Le Reich attaque la POLOGNE le 3 septembre Le Royaume-Uni , puis la France entrent en guerre contre le Reich.

1940
14 juin 1940 L’armée allemande est à Paris.22 juin 1940 Signature de l'armistice franco-allemand.

Courant août 1940
Décret de Heydrich classant officiellement les K.L. en trois catégories d'après la sévérité théorique de leur régime : -Catégorie 1 (détenus éducables) : Dachau, Sachsenhausen, Auschwitz.
-Catégorie 2 (détenus pour affaires graves, mais éducables) : Buchenwald, Flossenbürg, Neuengamme, plus tard Birkenau (Brzezinka).
- Catégorie 3 (pour détenus non amendables) Mauthausen.

3


SITUATION A RAVENSBRUCK en 1940: 2 août 1940 : Grete Buber-Neumann, N°numéro 4 203 communiste allemande, livrée à Hitler par Staline. Il y a environ 4 000 femmes dans le camp et la mortalité est de 4 à 8 par mois.
23 août 1940 : Arrivée d'un transport venant de Cracovie, numéroté de 4 308 à 4 433. Le chiffre total des
mortes, pour l'année 1940, a été de 84.
1941
30 janvier 1941
Au cours de son discours traditionnel, Hitler déclare : « Les camps de concentration n'ont pas été inventés en Allemagne, mais ce sont les Anglais qui ont eu cette géniale idée "
22 juin 1941
Attaque de l'U.R.S.S. par le Reich et ses alliés roumains. La Finlande, l'Italie, la Hongrie et la Slovaquie entreront en guerre dans les jours à venir.
En France occupée, en corrélation avec l'attaque de l'U.R.S.S., début de l'Aktion Theoderich d'arrestation d'un millier d'otages communistes qui seront, en 1942, transférés à Auschwitz. 3 août 1941
Protestation solennelle de l'évêque de Munster, le comte von Galen, contre l'euthanasie.
24 août 1941
Arrêt officiel de l'action T4 d'euthanasie institutionnalisée depuis septembre 1939 et qui a fait plus de 70 000 victimes; elle continuera en fait, sous forme "d'euthanasie thérapeutique", faisant environ 150 000 victimes (privation de nourriture — Entzugskost) parallèlement à sa variante militaire (suppression des "trembleurs de guerre", "tribut à payer à la guerre"), et sous le nom de code d'Aktion 14f13, dans les camps de concentration.
3 septembre 1941
Premier gazage massif, par emploi du Zyklon B, de prisonniers soviétiques (600) et de malades (300) au Block 11 (Bunker) d'Auschwitz I (Stammlager).
Ordre de l'O.K.W. sur le traitement des prisonniers de guerre soviétiques : il est rappelé qu'ils ne sont pas couverts par les conventions internationales. Sur un total de 5.160.000 prisonniers de guerre placés sous contrôle de la Wehrmacht, 3. 290 .000 mourront.
16 septembre 1941 Essais, à Minsk de camions à gaz (G-Wagen ou S-Wagen), les massacres par fusillades s'avérant à la longue traumatisants” pour les membres des Einsatzgruppen.
Courant octobre 1941
Construction des premiers Centres de mise à mort, dits parfois Vernichtungslager (Camps d'extermination), BELZEC et CHELMNO spécialisés dans le génocide des juifs. Il ne s'agira pas de véritables camps, mais de simples installations de gazage et de crémation où seront mises à mort toutes les victimes, dès leur arrivée et sans immatriculation (seuls seront maintenus provisoirement en vie quelques détenus chargés de rassurer les arrivants et d'exécuter les corvées les plus éprouvantes : ils constitueront des Sonderkommandos — Kommandos spéciaux; dans plusieurs Centres de mise à mort, les détenus des Sonderkommandos se révoltèrent et tentèrent, avec plus ou moins de succès, de détruire les installations de mise à mort et d'entraver ainsi les assassinats).
Des Centres de mise à mort seront ouverts : sur le territoire du Reich, dans le K.L. AUSCHWITZ-BIRKENAU et à KULMHOF (Chelmno); dans le Gouvernement Général, à BELZEC, SOBIBOR et TREBLINKA (dans le cadre de l'Aktion Reinhard) et dans le K.L. LUBLIN-MAIDANEK; en Lituanie à JUNGFERNHOF; en Biélorussie à MALY TROSTINEC.
8 octobre 1941
Ouverture du K.L. Auschwitz Il (Birkenau). Birkenau deviendra le Centre de mise à mort annexé au complexe de K.L. d'Auschwitz. Lorsque, contrairement à ce qui se passera dans les autres Centres de mise à mort, une "sélection" sera
pratiquée à l'arrivée, Birkenau constituera une passerelle entre le génocide et le système concentrationnaire : les personnes sélectionnées pour le travail (Arbeitsjuden) seront immatriculées et porteront une étoile jaune. Cette pratique d'une sélection à l'arrivée marquera l'entrée massive des "juifs simplement juifs" dans le système concentrationnaire.
15 octobre 1941
Compte rendu de l'Einsatzgruppe A : il a exécuté à ce jour 125.000 juifs et 5000 autres personnes. Les trois autres Einsatzgruppen annoncent respectivement 45.000 victimes (B, le 14 novembre), 75.000 victimes (C, le 3 novembre), 55. 000 victimes (D, le 12 décembre).
12 décembre 1941 Promulgation du KEITEL-ERLASS (décret Keitel) ou NACHT UND NEBEL ERLASS (N.N. décret Nuit et Brouillard, N.N. ne signifiant peut-être pas, à l'origine, Nacht und Nebel, mais Nomen Nescio, sans nom), décision de l'O.K.W. qui institue une procédure judiciaire particulière destinée à frapper les imaginations dans les pays occupés : celles des victimes qui ne peuvent être traduites, sur place, devant un tribunal militaire pour être condamnées rapidement, doivent être transférées en Allemagne pour y subir leur jugement et disparaître sans laisser de traces, "dans la nuit et le brouillard". Plus tard, malgré les protestations de la Wehrmacht qui tenait à conserver l'exclusivité de sa procédure, la Gestapo mettra en place sa propre procédure N.N., hors toute implication judiciaire : les détenus N.N. (selon la procédure de la Gestapo) seront arbitrairement affectés à certains K.L., comme Natzweiler, avec interdiction de sortir du camp pour travailler dans un Kommando à l'extérieur ou d'être affectés à un autre K.L.
20 décembre 1941
La défaite devant Moscou est consommée. La Wehrmacht, depuis le début de la campagne, a perdu 1 000 000 combattants (tués, blessés, victimes de gelures, prisonniers).
SITUATION A RAVENSBRUCK en 1941 :
avril 1941 : il y aurait alors environ 4 500 femmes dans le camp
En septembre : Un numéro 7 722 (Héléna Dzydzicka, polonaise; elle fait partie d'un transport politique numéroté de 7 521 à 7 935).
En décembre : 5 Polonaises sont envoyées à Auschwitz pour être exécutées. Un médecin SS vient faire une sélection massive de femmes âgées ou malades, elles seront envoyées plus tard, par petits groupes, à Buch et Bernburg, pour être tuées.
1942
10 janvier 1942
Hitler, par le décret Rüstung 42 (Armement 42), consacre la fin de la guerre-éclair (Blitzkrieg) dont les coups de boutoir désorganisant l'ennemi pris au dépourvu ne s'accompagnaient que d'une mobilisation incomplète des hommes et des moyens : il faut, simultanément, mobiliser les hommes jusque-là affectés spéciaux dans les usines et augmenter la production d'armement.
20 janvier 1942
À WANNSEE, conférence, antérieurement prévue pour le 9 décembre 1941, de mise au point de la "Solution finale de la question juive" (Enditisung) par recours au génocide institutionnalisé dont le principe semblait déjà acquis ,le génocide "sauvage" mis en oeuvre par les Einsatzkommando étant jugé peu efficace et traumatisant pour les exécutants.
30 avril 1942
Conclusion des discussions entre Pohl et Himmler sur la structuration définitive du W.V.H.A, l'utilisation de la main-d'oeuvre concentrationnaire et le rôle que doivent jouer désormais les K.L. : « La guerre a manifestement modifié la structure des camps de concentration et notre tâche en ce qui concerne l'organisation de la détention. La garde des détenus pour les seules raisons de sûreté, de redressement et de prévention n'est plus au premier plan. Le centre de gravité s'est désormais déplacé vers le côté économique. »
16/17juillet 1942
La police française, avec l'aide de militants du P.P.F. (Parti populaire français) de Doriot, procède à la rafle du Vél d'Hiv : 900 équipes de gardiens de la paix arrêtent 13 000 juifs et les 26/28 août grandes rafles des juifs en Zone non occupée sous la responsabilité d'Henry Cado, un collaborateur de Bousquet.
29 décembre 1942 HIMMLER communique à Hitler les résultats du génocide : entre août et novembre, 363 000 juifs ont été liquidés.

5

SITUATION A RAVENSBRUCK en 1942 :janvier : Des prisonnières russes et polonaises sont exécutées; elles sont appelées nominalement dans les Blocks.
En février : 900 femmes juives partent pour une direction inconnue. On leur dit qu'elles vont dans une usine de munitions, mais il ne sera jamais plus question de cette usine dans l'énorme paperasserie qui circule dans les bureaux du camp; on perd donc leur trace et on suppose (mais avec une terrible probabilité) qu'elles meurent à Auschwitz.
Du 3 février à fin mars : Dix petits transports partent pour Berlin-Buch et pour Bernburg. Celles qui sont parties pour Bernburg auraient été gazées, celles qui sont parties pour Berlin-Buch auraient été tuées à l'électricité.Commenta-t-onpulesavoir? iln'estpasexcluquecesoitparlesSSeux-mêmes,car,dans de nombreux services du camp, des prisonnières allemandes politiques travaillaient quotidiennement avec certains d'entre eux.
Le 24 (ou 26) mars et le 3 avril : Deux transports de mille femmes partent pour ouvrir un « camp de femmes » à Auschwitz; ils comprennent surtout des Allemandes a triangles verts et triangles noirs s (le triangle vert signifiait « arrêtée pour délit de droit commun s et le triangle noir correspondait à l'étiquette « asociale s; les Tziganes avaient un triangle noir). Il est probable que ces femmes ont servi ensuite comme « policières » à Auschwitz.
Fin mars : Un transport de 800 ou 900 femmes, composé surtout de prisonnières juives, part pour Maïdanek (Lublin). On sait qu'elles y sont tuées.
En avril : Il y a environ 5 500 femmes dans le camp
En août : 200 femmes du Strafblock et 180 « raciales sont envoyées à Auschwitz.
75 étudiantes et lycéennes polonaises sont prises pour les expériences de vivisection du D' Gebhardt. En automne : 600 femmes sont envoyées à Auschwitz.
En décembre : 80 chrétiennes allemandes (Bibelforscherinnen) qui refusent de travailler pour la guerre sont flagellées trente-cinq meurent.
1943
31 janvier 1943
Alors que les troupes allemandes encerclées à STALINGRAD ont été tronçonnées, PAULUS capitule avec une partie de son armée.
19 avril 1943 Début de la révolte du ghetto de Varsovie.11 juin 1943 Liquidation du ghetto de Varsovie.
14 octobre 1943
Révolte des détenus du Sonderkommando de SOBIBOR et destruction des installations de gazage et de crémation. 250 000 personnes y ont été massacrées.
SITUATION A RAVENSBRUCK en 1943 :
En 1943 et 1944, les infirmières du Revier comptent soixante petits transports de folles, ou assimilées, envoyées à Linz pour être gazées, donc trente par an environ.
La mortalité officielle est pour janvier dix mortes, février vingt, mars trente, avril trente-neuf, mai trente, juin quarante-trois, juillet trente-deux, août quarante, septembre trente-cinq, octobre quarante- sept, novembre cinquante-quatre, décembre quatre-vingts.
En mars : Départ du premier transport de travail.
En avril :Mise en service au camp d'un crématoire avec deux fours. Jusque-là les crémations se faisaient à Furstenberg (il y aura un troisième four construit à la fin de 1944).
Septembre : En septembre 150 Françaises partent pour Neubrandenburg.

6

1944
11 avril 1944
Par ordre de MAURER (chef de l'office D 2 — ancien Arbeitseinsatz) du WVHA) les détenus en K.L. coupables de sabotage seront pendus.
6 juin 1944 Débarquement des Alliés en Normandie.
21 juin 1944
À Sonthof, s'adressant à des généraux allemands, Himmler définit sa conception du rôle des Kapos (: détenus sur lesquels les S.S. se sont déchargés d'une partie de l'administration des K.L.) : « _Ils sont mes sous-officiers. De la minute où ils sont Kapos, ils ne couchent plus avec les autres... Dès que nous ne sommes plus satisfaits de lui, il n'est plus Kapo, il couche de nouveau avec les hommes. Il sait alors qu'ils le tueront dès la première nuit... »
Courant juillet 1944 Le système concentrationnaire compte 612 000 détenus, dont une bonne part ont été incarcérés en vue de la mise à l'abri des installations industrielles menacées par les attaques aériennes (Sonderstab Kammler). L'afflux des détenus, joint à la pénibilité du travail dans les "tunnels", annihile les consignes données quant à l'abaissement de la mortalité.
20 juillet 1944
Échec de la tentative de putsch qui se proposait d'éliminer Hitler afin de parvenir à une paix séparée à l'ouest.
25 juillet 1944
Goebbels est nommé plénipotentiaire pour l'organisation de l'effort de Guerre Totale. Himmler est chargé du commandement de l'armée de réserve. À partir de cette date, l'essentiel du pouvoir sera réparti entre Speer, Himmler et Goebbels sans pour autant qu'ils agissent de concert. 7 juillet 1944
Les K.L. totalisent 379 167 hommes détenus et 145 119 femmes.
21 août 1944
Cessation de la déportation des juifs vers Auschwitz ce qui met pratiquement fin à l'application systématique de la "Solution finale".
7 octobre 1944
Révolte du Sonderkommando du crématoire IV d'Auschwitz destruction du crématoire à l'explosif. 1er novembre 1944
HIMMLER prescrit l'arrêt des gazages à Auschwitz et la destruction de toutes traces des crimes.
Sur ordre de Himmler (25 novembre), les chambres à gaz d'Auschwitz sont détruites. Les camps de Auschwitz I et Il fusionnent et Auschwitz III prend le nom de K.L. Monowitz.

Révolte du Sonderkommando de Birkenau. 15 août 1944
1er décembre 1944
SITUATION A RAVENSBRUCK en 1944 :
Janvier 1944 : Grand « transport noir » parti pour Maïdanek (Lublin) : 800 victimes au moins, 1 000 au plus. Il comprend des malades et toutes les femmes âgées de plus de 60 ans. Juin 1944 :Transports pour Neubrandeburg, Hanover Limes, Bartensleben
Septembre octobre 1944:TransportspourLeipzigetZwodau
Novembre 1944:«transportnoir»partipourLinz:120
1945
15 janvier 1945
Effectif en K.L.: 714 211 dont 202 674 femmes.
18 janvier 1945
Début de l'évacuation du K.L. Auschwitz, camp libéré par l’L'Armée rouge le 27 janvier 1945: il n’y reste alors que 5 000 détenus.
SITUATION A RAVENSBRUCK en 1945 :
Janvier 1945 : Les cartes roses partent pour les Jugendlager 15 janvier : empoisonnements au Block 10 du Revier de Ravensbrück : 12 mortes sur 18.
28 janvier : 1 800 Polonaises partent pour le Jugendlager. Début février : sélection dans les Blocks, voir Winkelmann. Extermination par poison, famine et revolver, Le commandant Suhren (selon son adjoint Schwarzhuber) trouve cela trop lent et fait aménager une chambre à gaz.
mars-avril :Lachambreàgazaétéprévuepour150victimesmaislesfemmespartentpargroupesde170,172 ou 180. Le jour de Pâques il y a deux gazages.

7

3 avril : 300 Françaises sont libérées par la Croix-Rouge suisse. 23 avril : libération des Françaises survivantes par la Croix-Rouge suédoise.
30 avril 1945
Suicide de Hitler. Le grand-amiral Donitz a été désigné la veille comme son successeur à la tête du Reich au lieu et place de Gôring.
30 avril : arrivée de l'armée russe.
7 mai 1945 La Wehrmacht capitule à Reims au Q.G. de l'Armée US et le 8 mai 1945 Seconde cérémonie de capitulation à Berlin, au Q.G. de l'Armée rouge.
11 mai 1945
Dans son journal, Dônitz note : « Ces temps derniers, les informations se multiplient au sujet des condi- tions intenables régnant dans les camps de concentration et d'incidents contraires aux lois qui y aurait eu lieu... Étant donné que ni le peuple allemand ni la Wehrmacht n'étaient au courant de cet état de choses, il faudra, éventuellement, s'en désolidariser nettement et publiquement. »23 mai 1945
Arrestation de Donitz.
21 mai 1945
Himmler, en fuite, est arrêté puis identifié par l'armée britannique. Il se suicide le 23 mai.
18 octobre 1945
Séance inaugurale du Tribunal militaire international (T.M.I.) à Berlin. Le procès se déroule du
20 novembre 1945 au 1 octobre 1946
Sont déclarés non coupables : SCHACHT, VON PAPEN, FRITZCHE; sont condamnés à des peines de prison : DÔNITZ (10 ans), VON NEURATH (15 ans); SCHIRACH et SPEER (20 ans); HESS, FUNK, RAEDER (à vie); sont condamnés à mort par pendaison : BORMANN (par contumace), FRANK, FRICK, GORING (qui se suicidera avant l'exécution de la sentence), JODL, KALTENBRÜNNER, KEITEL, LEY, RIBBENTROP, ROSENBERG, SAUCKEL, SEYSS-INQUART, STREICHER.
Auparavant, le T.M.I. avait rendu sa sentence concernant les organisations criminelles. Ne sont pas condamnés : la S.A., le cabinet des ministres du Reich (Reichsregierung), l'État-major et le haut- commandement; sont déclarées organisations criminelles : une partie du corps des chefs du N.S.D.A.R, la Gestapo, la S.S. (y compris le S.D.).

8