La fascinante histoire de la femme qui a inventé Robert Capa
17 août 2017
Stacks Image 13
Gerta Pohorylle est née en 1910 à Stuttgart, d’une famille juive de classe moyenne. Elle a logé dans un internat suisse, où elle a appris l’anglais et le français et a grandi dans une éducation laïque. Malgré ses origines bourgeoises, elle a participé à des mouvements socialistes et ouvriers, tout en étant encore très jeune.

Voici son histoire
À l’âge de 19 ans, elle et sa famille ont déménagé à Leipzig, juste avant l’affirmation populaire du Parti nazi allemand. Gerta a immédiatement montré son aversion et son opposition au régime, elle rejoignit des groupes de gauche et participa activement à des activités de propagande anti-nazie.
En 1933, elle a été arrêtée et détenue avec la responsabilité de remettre des prospectus. Gerta a été libérée après 17 jours et a décidé – ou peut-être sa famille a décidé pour elle – de quitter l’Allemagne nazie. Elle est allée en Italie pour une courte période et a finalement déménagé à Paris.
La légende de Robert Capa
La vie n’était pas facile à Paris. Gerta a vécu avec des amis et a occupé plusieurs emplois, y compris de serveuse, de fille au pair et de modèle. À cette époque, Paris était le centre d’une vie artistique, littéraire et politique dynamique, et de nombreuses jeunes intellectuelles qui ont visité les cafés, dans le centre de la ville, étaient des immigrantes. La proximité de Gerta avec les mouvements de gauche a permis de solidifier ses vues antifascistes, malgré l’influence de l’Allemagne nazie qui commença à se faire ressentir dans toute l’Europe.
En septembre 1935, Gerta assista à un tournage avec une de ses amies, lors d’une de ces rencontres avec de jeunes photographes hongrois. L’un de ceux-ci, s’appelait Endre Friedmann, mais il se faisait appeler André. Comme elle, André était un réfugié juif fuyant la menace nazie croissante à Berlin.
André et Gerta tombèrent bientôt amoureux. Ils ont commencé à vivre ensemble, et André a enseigné à Gerta tout ce qu’il savait sur la photographie. Avec son aide, elle a obtenu un emploi de factotum dans l’Alliance de l’agence Anglo. C’est ce que Gerta a appris sur les processus photographiques et imprimés qui l’amenèrent à s’intéresser au photojournalisme, finissant par travailler comme éditeur d’images pour la même agence.
En 1936, Gerta a reçu son premier diplôme de photojournaliste, mais André avait du mal à trouver des clients pour son travail de photographe. Ils étaient tous les deux déterminés à trouver leur place dans l’industrie du photojournalisme. Afin de surmonter l’intolérance politique croissante qui prévalait en Europe et d’avoir accès au lucratif marché américain, ils ont décidé de se débarrasser de leurs noms de famille juifs et ont commencé à vendre leurs images en utilisant le nom fictif « Robert Capa ».
Leur entente était simple: Gerda vendrait les photos de Capa, un photographe américain, riche, célèbre et insaisissable, vivant temporairement en Europe, qui ne communiquait que par son assistant André.
À l’aide de ce pseudonyme, Gerta et André ont couvert les événements entourant l’arrivée au pouvoir du Front populaire français. Leur secret a été rapidement révélé et, toujours en collaboration, André a conservé son nom Robert Capa, tandis que Gerta a adopté le nom professionnel Gerda Taro.
En Espagne
En 1936, la guerre civile espagnole a éclaté, et Gerta et André ont décidé de déménager pour suivre de près les événements. Gerta est vite devenue très émotionnellement, impliquée dans la guerre civile espagnole, en empathie avec le peuple espagnol souffrant et en cimentant sa haine envers l’idéologie fasciste ouvertement soutenue par le régime allemand.
Ils ont fait plusieurs voyages en Espagne, documentant le départ des soldats républicains vers le front et les réfugiés qui se déplaçaient de Malaga à Almeira. Puis, ils ont couvert les événements de guerre en Aragon et à Cordoue.
Bien que Gerta ait surtout utilisé les boîtiers Rollei et André les Leica, elles ont souvent échangé leurs engins – rendant les images indiscernables en fonction du format du film – et vendirent leurs images sous la marque « Capa-Taro ».
Gerta a bientôt commencé à travailler de manière plus indépendante. Elle a été reliée publiquement à un cercle d’intellectuels européens antifascistes et a commencé à publier son travail, sous le label « Photo Taro », pour des magazines tels que Life, Regards et Illustrated London News.
En juillet 1937, en couvrant les bombardements de Valence, elle a produit les images les plus célèbres: les images représentaient l’intérieur de la morgue où se trouvaient les cadavres de l’attaque récente, ainsi que la foule à l’extérieur, remplie de personnes désespérées à la recherche de Nouvelles de leurs amis et proches.
Quelques jours plus tard, André est allé à Paris, en France, pour discuter d’affaires avec des agences de photographie tandis que Gerta déménagea à Brunete, en Espagne, où les troupes de Franco se préparaient à reprendre la petite ville des forces républicaines. La bataille a tourné contre les républicains, et Gerta a été piégée dans les tranchées, où elle a continué à prendre des photos jusqu’à ce qu’elle ait manqué de film. Elle a ensuite rejoint la retraite de l’armée républicaine dirigée vers Madrid, voyageant à bord d’une voiture pleine de soldats blessés. Sur le chemin, le convoi a été attaqué par des avions allemands soutenant les troupes de Franco.
Au milieu de l’attaque, un réservoir fut touché et le conducteur s’est retrouvé dans la voiture où se trouvait Gerta. Le photographe qui se trouvait là, est tombé au sol et a également été touché par le réservoir. Gerta a été emmenée à l’hôpital, mais il était tout à fait clair que ses blessures étaient trop sérieuses. Après une brève intervention chirurgicale, le médecin a demandé de lui donner toute la morphine nécessaire pour soulager la douleur de ses dernières heures. Le lendemain matin, Gerta est décédé à l’âge de 26 ans.
La nouvelle de la mort de Gerda Taro s’est répandue dans le monde entier et a suscité de vives réactions, en particulier en France où l’opinion publique était particulièrement favorable au mouvement antifasciste. Elle a été déclarée martyre antifasciste et fut enterrée au cimetière du Père Lachaise à Paris le 1er août 1937, le jour de son 27ème anniversaire.
La valise mexicaine
Après la mort de Taro, Capa a continué à prendre des photos de la guerre civile espagnole. Un autre photographe, David « Chim » Seymour, qui a rencontré Capa et Taro à Paris, travaillait en Espagne, documentant l’exode des réfugiés républicains espagnols en direction du Mexique. Ils ont tous deux envoyés des négatifs à Paris, où Imre « Csiki » Weisse, assistante de Robert Capa, les ont catalogué et les ont conservé dans des boîtes en carton spéciales.
En octobre 1939, alors que les troupes allemandes s’approchaient de Paris, Capa fut forcée de fuir à New York, laissant tout son équipement et ses négatifs dans son laboratoire à Paris. À partir de ce moment, les négatifs de Capa sur la guerre civile espagnole manquaient, de même que la mémoire de Gerda Taro.
En 1975, dans une lettre au frère de Robert Capa, Cornell, se souvint des négatifs de la guerre d’Espagne. Il a écrit:
En 1939, alors que les forces allemandes s’approchaient de Paris, j’ai mis tous les négatifs de Bob dans un sac, puis je pris mon vélo en direction de Bordeaux, dans l’espoir de trouver un bateau en direction du Mexique et d’y mettre les négatifs. En allant à Bordeaux, j’ai rencontré un Chilien qui m’a promis de garder le sac et de l’envoyer à l’ambassade du Chili.
Le sac et les négatifs finirent dans une valise qui fut entre dans les mains du général Francisco Aguilar González pendant plusieurs années. À l’époque, González était l’ambassadeur mexicain en France durant le régime de Vichy. González l’a ramené au Mexique quand il est retourné chez lui.
Cornell a fait d’innombrables tentatives pour retracer les négatifs, mais ce fut peine perdue. Les négatifs ont finalement réapparu en 1995 lorsque le producteur de film mexicain Benjamin Traver les a reçu d’une tante qui était une amie proche du général González. Traaver a contacté le professeur du Collège Queens de New York, Jerald R. Green, pour lui demander conseil sur la façon de préserver les négatifs et finalement les rendre accessibles au public. Green était également un ami proche de Cornell Capa et l’a informé de la lettre.
En 2003, lors de la préparation d’une exposition consacrée à Capa et Taro, le conservateur du musée, Brian Wallis, a contacté Traver pour lui demander de lui donner les négatifs. Traver a refusé. Il savait que les négatifs appartenaient à Capa et pensaient que la Fondation Capa devait prendre possession de ce trésor inestimable. Mais il savait aussi qu’ils représentaient l’une des documentations les plus importantes de la guerre civile espagnole.
Ce n’est qu’en 2007 qu’un conservateur et directeur indépendant vivant à Mexico, Trisha Ziff, a convenu avec Traver de passer donner les négatifs au Centre international de photographie de Capa à New York, qui disposait de plus de ressources pour les mettre à la disposition des photographes du monde entier.
La redécouverte de la valise mexicaine a jeté une nouvelle lumière non seulement sur les événements de la guerre civile espagnole, mais aussi sur la vie personnelle et le travail de Gerda Taro. Elle n’était pas seulement le partenaire de Robert Capa; à certaines occasions, elle était Robert Capa. C’était une photographe qui avait été partiellement oubliée pendant presque 70 ans. La famille de Taro a perdu la vie pendant l’holocauste et Capa est décédé en 1954, de sorte qu’il n’y avait personne d’autre pour témoigner de sa bravoure en prenant des photos dans des situations extrêmement dangereuses, ainsi que sa capacité à sympathiser avec les espagnoles.
Quelques-unes des images initialement attribuées à Robert Capa ont été redécouvertes plus tard sous le pseudonyme de Taro que Gerta avait adopté plusieurs années avant ces événements. Les images de la valise mexicaine ont montré sa façon innovante de travailler près des soldats dans les tranchées, plutôt que dans les bureaux où des décisions stratégiques étaient prises. Mais ils ont également montré comment son travail, avec la même pertinence que son ami et confrère plus célèbre, a contribué à la définition du rôle de photographe de guerre moderne et de photojournaliste.
Au sujet de l’auteur
Manuel Sechi est un photographe italien vivant et travaillant à Londres. Son travail est principalement axé sur la documentation de l’environnement urbain. Vous pouvez le suivre sur Facebook et Twitter.
https://www.blackframemag.com/gerda-taro-woman-invented-robert-capa/?utm_source=social&utm_medium=Facebook&utm_campaign=The+Woman+Who+Invented+Robert+Capa
Gerta Pohorylle was born in 1910 in Stuttgart, from a middle-class Jewish Galician family. She attended a Swiss boarding school, where she learnt english and french, and grew up receiving a secular education. In spite of its bourgeois origins, she became part of socialist and labour movements while still very young.

At the age of 19, she and her family moved to Leipzig, just before the affirmation of the German nazi party. Gerta immediately showed her dislike and opposition to the regime, joining leftist groups and taking active part in anti-nazi propaganda activities.

In 1933 she was arrested and detained with the charge of hands on flyers. She was conducted to the cell and once there she apologized to the other prisoners because of her dress. She said “they took me while I was going to the dancing”. During her detention, she used to share with her cellmates the cigarettes her father was able to deliver her, she taught them words in french and english, as well as American tunes.

She was released after 17 days and decided (or maybe her family decided for her) to leave the Nazi Germany. She went to Italy for a short period and eventually moved to Paris.

The legend of Robert Capa
In Paris, it is not an easy life. An accommodation with some friend, several jobs like waitress, au pair girl, model. in those days Paris was the centre on an intense artistic, literary and political life, and many of the young intellectuals attending the cafes in the centre of the town are immigrants. The proximity to the left wing movements contributed to consolidate her anti-fascist spirit, despite all over Europe the influence of Nazi Germany begins to feel heavy.

In September 1935, Gerta was attending a shooting with one of her friends, when she met a young Hungarian photographer. His name was Endre Friedmann, but he changed it to André. Like herself, André was a Jewish refugee fleeing the growing Nazi threat in Berlin.

André and Gerta fell in love. They went to live together and André taught her everything he knew about photography. With his help, she got a factotum job in the Anglo agency Alliance. Here Gerta learnt about photographic and print processes, she started to get interested in photojournalism, and then began to work as picture editor for the same agency. 

In 1936 Gerta received her first photojournalist credential, but André was struggling to find clients for his photo work. They were both determined to get a place in the photojournalism market. In order to overcome the increasing political intolerance prevailing in Europe and get access to the lucrative American market, they decided get rid of their Jewish surnames, and started to sell their pictures using the fictional name of Robert Capa. The deal was simple: Gerda would sell the pictures of Capa, an American, rich, famous and elusive photographer, temporarily living in Europe, who only communicated through his assistant, André.

Using this pseudonym, Gerta and André covered the events surrounding the coming to power of the France’s Popular Front in 1930. Their secret was soon revealed and, still working together, André kept for himself the art name of Robert Capa, while Gerta adopted the professional name of Gerda Taro.

Spain
In 1936, the Spanish civil war broke out, and Gerta and André decided to move there to closely follow the events. Gerta soon become very emotionally involved in the Spanish civil car, emphasizing with the suffering Spanish people and cementing her hate to the fascist ideology of the rebellion, openly supported by the German regime.
They made several trips to Spain, documenting the Republican soldiers departure to the front and the refugees moving from Malaga to Almeira. Then they covered the war events in Aragon and Córdoba. Even if Gerta mostly used Rollei cameras and André used to prefer Leica, they often exchanged their gear, making the pictures indistinguishable despite of the camera format, and selling them under the brand “Capa-Taro”.
Subsequently, Gerta started to work more independently. She became publicly related to the circle of anti fascist European intellectuals and begun to publish her work, under the Photo Taro label, for magazines like Life, Regards and Illustrated London News.
In July 1937, while reporting the Valencia bombing, she shot the pictures which are her most celebrated: the images depict the inside of the morgue, where dead bodies from the recent attack lay herded, and the crow outside, desperate people looking for news of their friends and relatives.
A few days after, André went to Paris to discuss business with some photography agencies, and Gerta moved to Brunete, where the Franco’s troops were preparing to retake the small town from the Republican forces. The battle turned against the Republicans, and Gerta was stuck in the trenches, where she kept taking photographs until she ran out of film. Then she joined the Republican army retreat heading Madrid, travelling on the running board of a car full of injured soldiers. Here the convoy was attacked by German planes supporting Franco’s troops.
During the attack, a tank lost control and ended up against the car Gerta was on. The photographer fell to the ground and got hit by the tank. She was taken to the hospital but the wounds appeared immediately too serious. After a short surgical procedure, the doctor asked to give her all the necessary morphine to relieve the pain during her last hours. The next morning, Gerta closed her eyes forever.

The funeral was celebrated a few days after, in Paris, and attended by thousands of people. Gerda Taro’s death news was received all over the world with great emotion, especially in France where the public opinion was particularly sensible to her antifascist figure, and because of her dedicated reporting of the Republican effort during the Spanish Civil War, she was declared an anti-fascist martyr. She was buried at the Père Lachaise Cemetery and her grave adorned with a monument made by Alberto Giacometti. It was August 1st, 1937, the day of her 27th birthday. 

The Mexican Suitcase
After Taro’s death, Capa kept shooting pictures of the Spanish civil war. Another photographer, David “Chim” Saymour, who met Capa and Taro in Paris, was working in Spain, particularly documenting the exodus of the Republican Spanish refugees heading Mexico. They both used to send their negatives to Paris where Imre “Csiki” Weisse, Robert Capa’s assistant , cataloged and kept them in special cardboard boxes.

In October 1939, while the German troops were moving to Paris, Capa was forced to flee to New Your, leaving all his gear and negatives into his laboratory in Paris. From then, Capa’s negatives of the Spanish war were missing, and so the memory of Gerda Taro.

In 1975, in a letter to Robert Capa’s brother Cornell, Imre Weisse remembered about the Spanish war negatives. He wrote: “In 1939, while German forces were approaching Paris, I put all Bob’s negatives in a bag, then took my bicycle heading to Bordeaux, hoping to find a boat to Mexico and put the negatives on it. On my way to Bordeaux I met a Chilean who promised me to take in custody the bag and deliver it to the Chilean embassy”. Eventually, the bag with the negatives came in general Francisco Aguilar González’s hands, at the time Mexican representative for the Lyle’s government, who brought it in Mexico with him.

Cornell made countless attempts to trace the negatives but with no luck. The negatives reappeared only in 1995, when Mexican film producer Benjamin Traver inherited them from an aunt who was close friend with general González. Traaver contacted New York’s Queens College professor Jerald R. Green to ask advice on how to preserve the negatives and eventually make them available to the public. Green was also close friend with Cornell Capa, and informed him about the letter.

In 2003, during the preparation of an exhibition dedicated to Capa and Taro, museum curator Brian Wallis contacted Traver asking to return the negatives. Traver refused. He knew the negatives belonged to Capa, and Capa’s foundation were the most legitimate to take advantage of them. But he also knew they represented one of the most important testimony of the Spanish civil war, a subject the Spanish dictatorship had forbidden to public debate for many years, and for that reason belonging to Mexico, where more than 200.000 Spanish found shelter.

It was only in 2007 that an independent curator and director living in Mexico City, Trisha Ziff, convinced Traver to pass the boxes to the Capa’s International Center of Photography in New York, which had more resources
to make them world wide available.

The rediscover of the Mexican suitcase opened a new light on the events of the Spanish civil war, but also on the personal life and work of Gerda Taro. She was not just Robert Capa’s partner: for a few times she actually was Robert Capa. Her figure was partially forgotten in almost 70 years: her family lost its life during the holocaust and Capa met the death in 1954, so nobody else was there to testify her brave and her wonderful attitude to take pictures in extremely dangerous conditions, as well as her capacity to empathy with the suffering Spanish people.

Some of the pictures originally attributed to Robert Capa were actually shot by Taro. The images in the Mexican suitcase shown her innovative way of working, close to the soldiers in the trenches rather than in the offices where strategic decisions were taken. But they also shown how her work, with the same relevance of the work of her more celebrated lover and colleague, had given a huge contribution to the definition of the role of the modern war photographer and photojournalist.
 
Online rosources: