« La paix et la liberté sont la garantie du bonheur des peuples » Serment de Mauthausen, 16 Mai 1945

Luis Alberto QUESADA
Association « Ay Carmela » N°S Rue de la Garenne-33600 Pessac
aycarmela@orange.fr www.ayCarmela.org

Buenos Aires, le 21-12-2008
Chers amis,
Je tiens, au nom de mon père, des membres de ma famille et de moi-même, à vous transmettre nos plus vifs remerciements pour votre implication, tant individuelle qu'au sein de votre association, en vue de parvenir à obtenir une reconnaissance officielle du rôle des Républicains espagnols en France dans leur combat contre l'envahisseur nazi.
.
Nous tenons à vous exprimer notre gratitude d'avoir, soixante huit ans après, rendue effective cette reconnaissance de l'engagement, à Bordeaux et en Aquitaine, du groupe de résistants conduit par Luis Alberto Quesada Cerban «Castillo», mon père.
Ce groupe, composé essentiellement d'Espagnols nés en Amérique du Sud, comprenait également d'autres Espagnols, des Catalans, des Basques, ainsi que des volontaires des Brigades Internationales dont Guano Moretti. Plusieurs tendances politiques de la gauche de la Seconde République espagnole y étaient représentées, mais le noyau dirigeant du groupe était constitué de jeunes militants de la Jeunesse Socialiste Unifiée espagnole (J.S.U.) et du Parti Communiste d'Espagne (P.C.E.).
Entrés en France lors de la Retirada, avec les forces républicaines vaincues, ils avaient pour la plupart été internés dans divers camps de concentration du Roussillon et des Pyrénées puis, après leur passage dans les Compagnies de travail et de marche, s'étaient regroupés a Bordeaux afin de lutter contre le fascisme et de libérer la France. Leurs actions débutèrent dès la fin de l'année 1940 et se poursuivirent jusqu'en 1943 où une partie des membres du groupe rentra clandestinement en Espagne, alors que les autres rejoignirent divers groupes de résistants et de maquisards.
De plus, grâce a vos recherches et démarches, aujourd'hui le rôle de ma mère, Ascension Allué Martlnez « Asun », dans le groupe bordelais, est enfin reconnu et cette reconnaissance, dont nous vous remercions sincèrement, permet une mise en relief du rôle anonyme et souvent méconnu de nombreuses femmes qui furent pourtant le soutien invisible des hommes et participèrent aux actions clandestines de la Résistance.
La France et l'Espagne démocratiques devraient reconnaître à votre Association, tout comme à d'autres similaires, le mérite d'avoir contribué à éclairer ce passé, à maintenir, aujourd'hui, les plus hautes valeurs démocratiques et à construire le futur.
Merci de tout cœur.

Luis A. Quesada AIIué